Campagne 1998-1999

, par   Cagna Jean-Luc , popularité : 7%

34ème campagne et 7ème tour du monde pour le porte-hélicoptères.

Changement pour la pour la formation et découpage du rythme de la croisière : 10 jours de mer pour 5 jours d’escale. Exit les programmes surchargés d’escales...

Baltimore devait être la première escale, mais le cyclone Mitch en à décidé autrement.
La Jeanne d’Arc et la frégate Duguay-Trouin sont déroutés vers l’Amérique Centrale.
Pour arriver plus vite, le groupe croise la que du cyclone ; la mer et démontée et une vague brise les vitres de la passerelle d’observation provocant une voie d’eau dans les locaux PC combiné et central opérations.
L’équipage a été rappelé au poste de sécurité pour maîtriser le sinistre.

Au Guatemala et au Honduras, des actions humanitaires et médicales sont menées pour venir en aide aux populations sinistrées.

Au bout de sept jours, le groupe école reprend le cours prévu de la campagne.

Surprise au cocktail de La Havane, Fidel Castro vient félicité le commandant de la Jeanne pour l’action menée en Amérique Centrale.

Le groupe rejoins le Pacifique via le canal de Panama. escales sur la côte ouest des États-Unis puis cap vers l’Asie.

Après le détroit de Malacca, le porte-hélicoptères atteint le point le plus au sud de la campagne. des contraintes de temps et de polémiques sur le bizutage font que c’est la seule fois où l’équateur n’est pas franchi.

Le groupe école retrouve Brest le 09 avril 1999.

La frégate anti-sous-marine Duguay-Trouin est désarmée à l’issue.

Durant l’été suivant, la Jeanne est à Rouen pour l’armada du siècle puis Le Havre 99.

[L’album appartient à l’association. Celui-ci est partiellement dégradé ; les pages sont volontairement rognées et la page 3 est modifiée pour une meilleure lecture]