La Jeanne d’Arc jette l’ancre à ROUEN

, par   François Jean-Luc , popularité : 7%

En début d’après-midi, ce mardi 27 novembre, les services du grand port maritime et de la ville de Rouen ont uni leurs compétences pour poser, à la pointe de l’île Lacroix, l’ancre du porte-hélicoptères et navire école de la marine nationale Jeanne d’arc, désarmé en 2010 .
Une barge, la Bigue Brotonne, a amené l’ancre qui pèse environ 6 tonnes et l’a installée au millimètre près. L’ancre du navire dont Rouen était la ville marraine sera inaugurée pendant la prochaine armada, en juin prochain.

Mardi 27 novembre, de nombreux curieux se sont demandés ce qu’il se passait sur l’Île Lacroix. Certains se sont même demandés si ce convoi exceptionnel n’était pas destiné au pont Mathilde ! Ramenée de Brest, l’ancre du navire militaire a été déposée et scellée au millimètre près, à la pointe de l’Île Lacroix.

Construit à l’arsenal de Brest de 1959 à 1964.

La Jeanne d’Arc fut construite par l’arsenal de Brest de 1959 à 1964. Mis à flot sous le nom provisoire de La Résolue, le navire reçut le nom de Jeanne d’Arc le 16 juillet 1964 au désarmement de son prédécesseur, le croiseur école Jeanne d’Arc. La Jeanne d’Arc est rentrée de son ultime mission le 27 mai 2010 et a été retirée du service le 7 juin 2010.
Une fin de carrière après 46 ans de bons et loyaux services à travers le monde pour le porte-hélicoptères qui avait, en mai 2010, été célébré par Rouen, ville marraine de ce fleuron de la Marine nationale. Depuis cette date, le bâtiment a été désarmé .

Le projet de faire revenir l’étrave :

À l’origine, il y avait un projet de faire revenir à Rouen l’étrave de la Jeanne d’Arc. L’idée était d’installer la proue de l’ancien bâtiment militaire en aval du pont Flaubert, sur la presqu’île Rollet. Mais, face au coût d’une telle opération, le projet avait vite été abandonné.
Finalement, le choix a été fait de ne rapatrier que l’ancre de l’ancien bâtiment militaire. Une pièce de choix tout de même puisqu’elle ne pèse pas moins de six tonnes, tandis que sa chaîne d’amarrage affiche le poids d’une tonne sur la balance !
76actu a pu embarquer à bord de la bigue, une grue généralement portuaire, mais existant également sur les navires de charge pour suivre les opérations de pose de l’ancre sur son socle. De type mât de charge unique, la bigue permet de soulever de très lourdes charges.
Cette bigue utilisée par le Grand port maritime de Rouen peut soulever des charges de 50 tonnes et grâce à un équipement spécifique pousser jusqu’à 90 tonnes.
Elle effectue des opérations de levage en tout genre sur la Seine jusqu’au Havre et de ramassage d’épaves de voitures ensevelies dans la vase du fleuve. Sous le commandement de Dominique Renaudineau, les opérations fluviales entre le pont Boieldieu et le pont Corneille se sont déroulées avec maitrise. Il aura fallu moins d’une demi-heure pour déposer l’ancre.

Une inauguration officielle est programmée pour le vendredi 14 juin 2013, à 17h.
La Ville profitera, en pleine Armada, de l’organisation à Rouen du congrès des villes marraines de bâtiments militaires pour organiser sa cérémonie. La plaque commémorative qui était apposée à bord de la Jeanne d’Arc a également été récupérée. Elle sera dévoilée et déposée à l’Hôtel-de-Ville de Rouen.

source : PARIS NORMANDIE.FR du 27 11 12